Nuevo programa Peer-to-Peer

El verdadero Peer-to-Peer (Blog de Enrique Dans)
Vía Boing Boing llego a Grouper, una aplicación con muy buen aspecto para crear grupos de hasta treinta personas que comparten un espacio de intercambio privado y encriptado. Se supone diseñado para compartir fotografías, vídeos y material de tipo personal con privacidad sensible, pero nada impide utilizarlo para intercambiar materiales sujetos a copyright, música, películas o todas esas cosas que tanto nos gusta compartir. La aplicación recupera el significado real del peer-to-peer: si bien el término, desde un punto de vista técnico, refleja la compartición de ficheros entre ordenadores que se encuentran en un mismo nivel, es decir, sin que haya un servidor, la traducción de la palabra peer implica un significado del tipo "colega" o "compañero", algo que en las redes P2P clásicas desaparece a manos de la masificación: en escasísimas ocasiones ocurre que conozcas al propietario del ordenador al que tu programa se conecta para bajarse un fichero. La idea de Grouper, en cambio, es la de permitir la formación de grupos de personas que en función de su dimensión, treinta personas, intercambien materiales en un contexto conocido.

Grouper es un auténtico corte de mangas a la industria: gratis, no spyware, no adware, un download de tan sólo 1.9 Mb. que baja en menos de treinta segundos (aunque según la configuración del ordenador, puede ser preciso bajarse los 23 Mb. del Net 1.1 de Microsoft), encriptación y privacidad. En una red Grouper no va a aparecer ese usuario fantasma que después se dedica a enviarte correo no deseado recriminándote porque te has bajado un fichero sin que ellos hayan podido cobrar su parte.

Esto es lo que han pedido, esto es lo que tendrán. Nos seguiremos intercambiando lo que buenamente nos dé la gana intercambiarnos, y además podremos defender el derecho a que los ladrones no entren en nuestra plataforma a fisgar que disco o DVD le presto a mis amigos. Hay que ver, señora ministra de incultura, que duro es esto de querer poner puertas al campo…

Le véritable Peer-to-Peer (Blog Enrique Dans) Par l’intermédiaire de Boing Boing j’arrive à Grouper, une application avec aspect très bon pour créer des groupes de jusqu’à trente personnes qui partagent un espace d’échange privé et crypté. Il est supposé conçu pour partager des photographies, vidéos et matériel de type personnel avec caractère privé sensible, mais rien empêche de l’utiliser pour échanger des matériaux soumis copyright, à musique, films ou toutes ces choses que tant nous aimons partager. L’application récupère la signification réelle du peer-to-peer : bien que le terme, d’un point de vue technique, reflète la répartition de fichiers entre des ordinateurs qui se trouvent dans un même niveau, c’est-à-dire, sans qu’il y ait un employé, la traduction du mot peer implique une signification du type "collègue" ou "compagnon", quelque chose qui dans les réseaux P2P classiques disparaît à des mains de la masificación : à de faibles occasions il arrive que tu connaisses au propriétaire de l’ordinateur à auquel ton programme est relié pour être baissé un fichier. L’idée de Grouper, par contre, est celle de permettre la formation de groupes de personnes qu’en fonction de leur dimension, trente personnes, échangent des matériels dans un contexte connu. Grouper est une authentique coupe de douilles à l’industrie : gratuitement, non spyware, non adware, un download de seulement de 1.9 Mb. qu’il baisse dans moins de trente seconds (bien que selon la configuration de l’ordinateur, peut être nécessaire de baisser les 23 Mb. du Net 1.1 de Microsoft), encription et caractère privé. Dans un réseau Grouper ne va pas apparaître cet utilisateur fantôme qui se consacre ensuite enviarte à courrier non souhaité recriminándote parce que tu t’as baissé un fichier sans qu’ils aient pu percevoir leur partie. Ceci l’est ce qu’ils ont demandé, ceci l’est ce qu’ils auront. Nous nous continuerons à échanger ce qui bonnement nous donne le désir nous échanger, et en outre nous pourrons défendre le droit que les voleurs n’entrent pas dans notre plate-forme à fisgar que disque ou DVD je prête à mes amis. Il faut voir, Madame ministre d’ignorance, qui dure est ceci de vouloir mettre des portes au domaine…